5ème dimanche du temps ordinaire

Lectures : Is 6,1-2a.3-8 : Ps137,1-5.7-8 : 1Co15,1-11 : Lc,1-11.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 5, 1-11)

Un jour, Jésus se trouvait sur le bord du lac de Génésareth ; la foule se pressait autour de lui pour écouter la parole de Dieu. Il vit deux barques amarrées au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets.
Jésus monta dans une des barques, qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’éloigner un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait la foule.

Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jette les filets pour prendre du poisson. »
Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ton ordre, je vais jeter les filets»
Ils le firent, et ils prirent une telle quantité de poissons que leurs filets se déchiraient.
Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient.

A cette vue, Simon-Pierre tomba aux pieds de Jésus, en disant :
« Seigneur, éloigne-toi de moi, car je suis un homme pécheur.»
L’effroi, en effet, l’avait saisi, lui et ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient prise ; et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, ses compagnons.

Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras ».
Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.»

Avancez dans les profondeurs

« Avance vers la profondeur » Cette invitation que le Christ lançait à Simon, il y 2000 ans, c’est à nous qu’elle s’adresse aujourd’hui pour que tout notre être soit pris, saisi par le Christ qui nous faire grandir en humanité. Avancer dans les profondeurs de notre être pour découvrir le sens de notre vie, qui nous sommes, ce qui nous fait vivre et nous nourrit.

Dans la perspective de notre prochaine assemblée paroissiale, nous sommes invités, comme chaque dimanche, à discerner le Corps du Christ dans l’Eucharistie et dans l’Eglise.  L’Eucharistie célébrée et adorée, reçue et vécue nous constitue comme Corps du Christ où chacun a sa place. Tous nous avons notre place dans l’Eglise à des titres divers et selon nos appels particuliers. Si nous ne l’occupons pas, elle restera vide.

Dans son encyclique l’Eglise vit de l’Eucharistie, Jean-Paul II nous livrait avec beaucoup de simplicité et d’humilité ce témoignage qui peut nous aider dans notre démarche et soutenir notre prière et notre méditation :

Depuis plus d’un demi siècle, chaque jour, à partir du 2 novembre 1946 où j’ai célébré ma première messe dans la crypte de Saint Léonard de Wavel à Cracovie, mes yeux se sont concentrés sur l’hostie et sur le calice, dans lesquels le temps et l’espace se sont en quelque sorte contractés et dans lesquels le drame du Golgotha s’est à nouveau rendu présent avec force, dévoilant sa mystérieuse contemporanéité. Chaque jour, ma foi m’a permis de reconnaître dans le pain et le vin consacrés le divin pèlerin qui, un certain jour, fit route avec les deux disciples d’Emmaüs pour ouvrir leurs yeux à la lumière et leur coeur à l’Espérance. Frères et soeurs très chers, permettez que dans un élan de joie intime, en union avec votre foi et pour la confirmer, je donne mon propre témoignage de foi en la très sainte Eucharistie. Ici se trouve le trésor de l’Eglise, le coeur du monde, le gage du terme auquel aspire tout homme, même inconsciemment. Il est grand ce mystère, assurément il nous dépasse et il met à rude épreuve les possibilités de notre esprit d’aller au-delà des apparences. Ici nos sens défaillent, mais notre foi seule, enracinée dans la parole du Christ transmise par les apôtres nous suffit. (n°59)

Il est bon de s’entretenir avec lui et, penché sur sa poitrine comme le disciple bien aimé, d’être touché par l’amour infini de son coeur. Si à notre époque, le christianisme doit se distinguer surtout par l’art de la prière, comment ne pas ressentir le besoin renouvelé de demeurer longuement en conversation spirituelle en adoration silencieuse, en attitude d’amour devant le Christ présent dans le Saint Sacrement. (n°25)

Père Stanislas LEMERLE