6 ème dimanche du temps ordinaire, dédicace de l’église Saint-Étienne-du-Mont

Lectures : 2 Ch 5,6-6,2 ; Ps 121 ; Ac 7,44-50 ; Lc 19,1-10

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 19, 1-10)

« Jésus traversait la ville de Jéricho.

Or, il y avait un homme du nom de Zachée ;  il était le chef des collecteurs d’impôts, et c’était quelqu’un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n’y arrivait pas à cause  de la foule, car il était de petite taille.

Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là. Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et l’interpella :

« Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison.

Vite, il descendit, et reçut Jésus avec joie. Voyant cela, tous récriminaient :
« Il est allé loger chez un pécheur.»

Mais Zachée, s’avançant, dit au Seigneur :
« Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus. »

Alors Jésus dit à son sujet :
« Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham. En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu ».

Tous les laïcs sont missionnaires en vertu de leur baptême

Les papes de ces derniers temps ont beaucoup insisté sur l’importance du rôle des laïcs dans l’activité missionnaire. La mission permanente (de l’Église) est de porter l’Évangile à tous ceux—et ils sont des millions et des millions d’hommes et de femmes—qui ne
connaissent pas encore le Christ Rédempteur de l’homme ; à cela correspond l’engagement des fidèles laïcs. La mission concerne tout le Peuple de Dieu : même si la fondation d’une nouvelle Église exige l’Eucharistie, et donc le ministère sacerdotal, la mission, qui s’effectue
sous des formes diverses, est la tâche de tous les fidèles.

La participation des laïcs à la diffusion de la foi apparaît clairement dès les premiers temps du christianisme, grâce à l’action des fidèles et des familles comme de la communauté tout entière. Pie XII le
rappelait déjà en exposant dans sa première encyclique missionnaire l’histoire des missions laïques. La participation active des missionnaires laïcs, hommes et femmes, n’a pas manqué non plus dans les temps modernes. Comment ne pas rappeler le rôle important tenu par les missionnaires laïques, leur travail dans les familles, dans les écoles,
dans la vie politique, sociale et culturelle, et en particulier l’enseignement de la doctrine chrétienne qu’elles assurent ? Il faut même reconnaître – et c’est tout à leur honneur – que certaines Églises sont nées grâce à l’activité des laïcs missionnaires, hommes et femmes.

Le Concile Vatican II a confirmé cette tradition, mettant en lumière le caractère missionnaire de tout le Peuple de Dieu, en particulier l’apostolat des laïcs, et soulignant la contribution spécifique que ceux-ci sont appelés à apporter à l’activité missionnaire. La
nécessité pour tous les fidèles de partager une telle responsabilité n’est pas seulement une question d’efficacité apostolique: c’est un devoir et un droit fondés sur la dignité conférée par le baptême, en raison de laquelle « les fidèles laïcs participent, pour leur part, à la triple fonction de Jésus Christ: sacerdotale, prophétique et royale ». C’est pourquoi ils
« sont tenus par l’obligation générale et jouissent du droit, individuellement ou groupés en associations, de travailler à ce que le message divin du salut soit connu et reçu par tous les hommes et par toute la terre. »

Jean Paul II Redemptoris missio 71 et 72

Père Jacques OLLIER