Lettre pastorale : « la famille et la jeunesse, une espérance »

Lectures : Am 6, 1a.4 – 7 ; Ps 145, 5 – 10 ; 1 Tm 6, 11 – 16 ; Lc 16, 19-31

Présentation de la lettre pastorale du cardinal Vingt-Trois :

La famille et la jeunesse, une espérance

Dans sa lettre, le cardinal invite les paroisses parisiennes à développer leurs capacités à porter les familles et les jeunes. A Saint-Étienne-du-Mont, nous allons nous attacher cette année à ce développement. Sans doute la tâche paraîtra-t-elle ardue : Dans notre société occidentale, (en effet) la famille comme la jeunesse sont plus vécues comme des problèmes que comme une espérance. A la fois objet de grandes attentes et fortement contestée, la famille se trouve dans une situation contrastée. De même la jeunesse. Le voeu du cardinal est que nos réflexions et les actions qui seront engagées cette année nous rendent confiance dans notre avenir et
fassent de nous des témoins d’une espérance pour nos contemporains : l’amour conjugal, la responsabilité parentale, l’expérience familiale, le temps de la croissance et de l’éducation ne sont pas fatalement voués à l’échec et à la souffrance. Ils peuvent véritablement être un chemin de bonheur et de joie.

Un constat : Les mutations qu’a connues l’institution familiale au cours des deux derniers siècles proviennent d’une privatisation complète des comportements et des motivations. Et cependant le crédit dont jouit la famille et les espérances qu’elle porte créent un désir de garder le nom, la « marque ».

Une proposition simple : Si nous voulons avancer, notre première tâche est d’essayer d’exprimer d’une façon claire ce que nous mettons derrière le mot ‘famille’. Cet effort de formulation dans nos échanges doit nous permettre de mieux préciser ce à quoi nous tenons et dont nous voulons témoigner auprès de nos contemporains.

Nous devons faire un effort rationnel pour présenter notre conception de la famille. Nous pouvons nous appuyer sur des études qui ont été réalisées dans la période moderne. Elles montrent que toutes les sociétés ont élaboré des processus d’éducation dont la famille est le pivot central autour duquel sont liés l’objectif de la stabilité des époux, l’objectif d’une certaine réussite de l’éducation de leurs enfants et l’objectif d’une vision prospective pour une société.

Une autre proposition : Si vous avez accepté de considérer qu’il y a quelque chose à faire et que vous pouvez faire quelque chose, je vous propose quelques pistes de réflexion pour progresser. L’archevêque détaille cinq points qui lui apparaissent fondamentaux pour la mise en oeuvre d’un renouveau :

  • La force du lien entre les époux,
  • l’obéissance des parents,
  • la liberté des parents par rapport à leurs enfants,
  • affronter les conflits,
  • l’expérience de la miséricorde.

Dans sa conclusion, l’archevêque affirme que chacune de nos paroisses doit agir dans le domaine de la famille et celui de la jeunesse Il évoque quatre pistes significatives, mais qui ne sont que des exemples :

  • L’assemblée dominicale : Elle doit être le premier lieu d’accueil des familles.
  • Le soutien éducatif : Toute la communauté paroissiale est concernée par l’investissement nécessaire à l’éducation des jeunes, écoliers, collégiens et lycéens.
  • La rencontre entre couples : La grande mobilité des jeunes couples rend particulièrement urgent l’objectif de susciter des groupes de rencontre, de dialogue et de partage entre chrétiens.
  • L’art de la retraite.

Les chrétiens doivent donc être les témoins de leur culture chrétienne, là où ils sont, à l’encontre d’un réflexe protecteur de repli. Nous avons un héritage magnifique à transmettre aux générations futures. Nous avons une responsabilité à l’égard de tous.

Comment toucher, transmettre à notre entourage et au plus grand nombre le trésor dont nous disposons ? Sachant que beaucoup sont perdus et qu’ils ont soif d’une instruction, d’une sagesse simple et basique. Comment la diffuser ?

Chacun est appelé à lire en famille, en foyer, cette lettre et à proposer des initiatives pour le bien de tous.

Père Jacques OLLIER

La lettre est disponible sur le site du diocèse de Paris : http://www.catholique-paris.com/A-lire-la-lettre-pastorale-La.html