19 décembre 2010 : 4e dimanche de l’Avent

Lectures : Is 7, 10 – 16 ; Ps 23, 1 – 6 ; Rm 1, 1 – 7 ; Mt 1, 18 – 24

Evangile selon Saint Matthieu

Voici quelle fut l’origine de Jésus Christ :

Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph ; or, avant qu’ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l’action de l’Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement ; il décida de la répudier en secret.

Il avait formé ce projet, lorsque l’ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint ; elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c’est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »

Tout cela arriva pour que s’accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète : Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d’Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ».

Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l’ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse.

En ce quatrième et dernier dimanche de l’Avent, la Parole de Dieu propose à notre méditation le récit matthéen de l’annonciation à Joseph. Ce récit présente les catégories d’ange, songe, prophète qui, dans la tradition biblique, évoquent une révélation de Dieu. En fait, l’annonce à Joseph est un message que l’ange du Seigneur transmet pour l’accomplissement de la parole. C’est elle qui fut proférée par Isaïe, face au désespoir, au scepticisme et à l’incrédulité du roi Achaz et qui contient la promesse d’un fils que l’on nommera Emmanuel. Nous savons, d’après le récit mieux connu  de l’Annonciation de l’ange à la Vierge de Nazareth accordée en mariage à Joseph (Lc 1, 26-38), que Dieu réalisa sa parole en Marie.

L’évangile de ce jour évoque cette annonce faite à Marie. Etait-elle connue de Joseph, son époux. Quoi qu’il en soit, il reçoit de Dieu un message-songe-prophétie qui, non seulement lui révèle le sens de la conception virginale, mais encore lui propose de renoncer à ses projets personnels, pourtant légitimes sur Marie, d’être le père génétique de l’enfant à  naître.

Selon la loi de Moïse, Joseph devait dénoncer publiquement sa fiancée comme « infidèle » et renoncer à elle. Mais Joseph, l’homme juste, d’une justice discrète, décide de ne la « délier » que secrètement. Il répondra positivement à la demande de l’ange de garder chez lui son épouse, du fait de l’origine divine de l’enfant qu’elle porte et d’assumer sa paternité légale en lui donnant le nom qui traduit sa mission.

L’obéissance de Joseph parfait sa justice, son « ajustement » à Dieu et permet la réalisation des promesses de Dieu.

Nous pourrions retenir de ce récit de l’annonciation à Joseph que nous sommes invités à reconnaître un certain droit de Dieu sur nous et sur nos projets et à nous ouvrir à la dimension du salut que Dieu veut et prépare par nous, et pour tous, en Jésus-Christ.

Continuons à l’attendre dans la vigile de notre foi et apprenons, à la suite de Joseph, que Jésus, conçu en Marie et né d’elle, est Dieu-parmi-nous qui vient briser l’étroitesse et l’égocentrisme de nos vues humaines.

Père Justin ZITISA