16 janvier 2011 – Année A – 2ème dimanche du temps ordinaire

Lectures : Is 49, 3.5-6 ; Ps 29, 2.4.7-11 ; 1 Co 1, 1-3 ; Jn 1, 29-34

Évangile selon saint Jean

Comme Jean Baptiste voyait Jésus venir vers lui, il dit : «Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était. Je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté au peuple d’Israël. »

Alors Jean rendit ce témoignage : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui. Je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : ‘L’homme sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est celui-là qui baptise dans l’Esprit Saint.’ Oui, j’ai vu, et je rends ce témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. »

Semaine pour l’unité des chrétiens

Traditionnellement, la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens est célébrée du 18 au 25 janvier.

Ces dates furent proposées en 1908 par Paul Wattson de manière à couvrir la période entre la fête de la chaire de saint Pierre et celle de la conversion de saint Paul.

Ceux qui furent aux avant-postes de la mission ont peut-être été les premiers à prendre la mesure de la tragédie que représentait la division des chrétiens. Certes les ruptures ecclésiales qui avaient marqué l’histoire du christianisme n’étaient pas sans fondement théologique. Mais elles étaient aussi marquées par des conjonctures (historique,  politique, intellectuelle…) qui leur avait donné naissance. Dès lors, pouvait-on se permettre d’exporter ces divisions auprès des peuples qui découvraient le Christ ?

Durant l’été 1910 se réunirent dans la capitale écossaise les délégués officiels de sociétés missionnaires protestantes auxquels s’était joint un invité orthodoxe. N’ayant aucune vocation décisionnelle, la Conférence n’avait d’autre but que d’aider les missionnaires à se forger un esprit commun et à coordonner leurs entreprises.

Les responsables du mouvement oecuménique ont souvent rappelé, comme fondement de leur activité, le dernier discours de Jésus avant sa mort. Cet ultime testament signale l’importance de l’unité des disciples du Christ pour la mission : « Que tous soient un… afin que le monde croie » (Jn 17, 21).

En raison de notre baptême, nous formons déjà un seul corps et nous sommes appelés à vivre en communion. Dieu a  fait de nous des frères et soeurs en Jésus Christ. N’est-ce pas le témoignage fondamental que nous sommes appelés à rendre ?

Père Jacques Ollier