6 février 2011 : 5e dimanche du temps ordinaire A

lectures Is 58, 7 – 10 ; Ps 111, 1. 4 – 9 ; 1 Co 2, 1 – 5 ; Mt 5, 13 – 16

Evangile selon Saint Matthieu

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait :

« Vous êtes le sel de la terre. Si le sel se dénature, comment redeviendra-t-il du sel ? Il n’est plus bon à rien : on le jette dehors et les gens le piétinent. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. »

Lumière du monde

Le dernier livre du Pape Benoît XVI qui porte ce titre nous rappelle à dessein la belle parole de Jésus adressée à ces disciples, hier et aujourd’hui : « Vous êtes la lumière du monde. »

Honneur considérable que nous fait le Seigneur. La lumière des hommes dans l’Ancien Testament n’était-elle pas la Parole de Dieu ? « Ta parole est une lampe pour mes pas, une lumière pour mon sentier. » (Psaume 119, 105). Nous sommes investis par le Seigneur d’une mission grande et admirable.

Témoigner par la bonté de nos actes de l’actualité de la présence de Dieu dans notre vie : « À cela ils vous reconnaîtront pour mes disciples, à la charité que vous aurez les uns pour les autres » (Jn 13, 25).

Le Pape, dans son livre, ne dit rien d’autre. La vraie réforme de l’Église ne viendra pas de décisions prises d’en haut mais de la communion entre ses membres, d’un retour à ce qui est essentiel dans le christianisme, au moyen d’une profonde conversion. Sa conviction est la suivante : il faut « rendre visible le centre du christianisme et en même temps la simplicité d’être chrétien ».

« Nous nous dirigeons vers un christianisme de choix » : c’est de lui que dépend aujourd’hui, dit-il encore, « la force générale de l’empreinte chrétienne ».

Quant à lui, il se donne pour mission de « maintenir en vie la parole de Dieu comme parole décisive et en même temps de donner au christianisme cette simplicité et cette profondeur sans lesquelles il ne peut agir ». C’est le grand défi de ce qu’il appelle la « nouvelle Évangélisation », avec ces deux piliers qu’il ne cesse de rappeler, le lien entre foi et raison, et la centralité du Christ comme unique voie de salut. Que votre lumière luise devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes oeuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux.

Le livre du Pape est d’une lecture facile. Elle en inspirera beaucoup. Je vous en souhaite une bonne lecture.

Père Jacques Ollier