13 mars 2011 : 1er dimanche de carême (A)

Lectures : Gn 2, 7-9 et 3, 1-7 ; Ps 50, 3-6.12-14.17 ; Rm 5, 12-19 ; Mt 4, 1-11

Evangile selon saint Matthieu

Jésus, après son baptême, fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le démon. Après avoir jeûnéquarante  jours et quarante nuits, il eut faim.

Le tentateur s’approcha et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. » Mais Jésus répondit : « Il est écrit : Ce n’est pas seulement de pain que l’homme doit vivre, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. »

Alors le démon l’emmène à la ville sainte, à Jérusalem, le place au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. » Jésus lui déclara : « Il est encore écrit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. »

Le démon l’emmène encore sur une très haute montagne et lui fait voir tous les royaumes du monde avec leur gloire. Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si tu te prosternes pour m’adorer. »  Alors, Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! Car il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, et c’est  lui seul que tu adoreras. »

Alors le démon le quitte. Voici que des anges s’approchèrent de lui, et ils le servaient.

Architecture des évangiles du carême

  • 1er dimanche : les tentations
  • 2ème dimanche : la transfiguration
  • 3ème dimanche : la samaritaine
  • 4ème dimanche : l’aveugle né
  • 5ème dimanche : la résurrection de Lazare
  • 6ème dimanche : les Rameaux

Voici six moments spirituels figurés par les six évangiles des dimanches de carême. Ils sont autant d’étapes de notre itinéraire vers Dieu. Chacun de nous est appelé à les connaître. D’une manière passive ou active.

Le premier moment de ce temps de grâce qu’est le carême se nomme : conversion. Car il nous faut nous échapper de l’étreinte de la matière.

Le deuxième moment, après la conversion est la vision de la lumière divine qui brille sur le visage de tout homme venant en ce monde.

Le troisième moment : le rapprochement avec Dieu sous forme d’une alliance, ou lien d’amour. Le quatrième moment est le dessillement des yeux.

Le cinquième moment : la résurrection.

Le sixième : l’entrée dans la Jérusalem céleste (Rameaux)

Il faut se détourner de la tentation de la matière qui nous reconduit à ce que nous sommes. Le moyen du détournement nous le connaissons. C’est la Parole de Dieu. Voyez la manière dont Jésus procède. Elle est  paradigmatique. La seule opposition que Jésus objecte au Satan ne consiste pas à faire état de sa filiation, de son  honneur, de sa puissance. Mais de se reporter à la promesse de Dieu : « il est écrit :
Tu ne convoiteras pas le bien de ton voisin
Tu ne convoiteras pas la femme de ton voisin
Tu ne voleras pas,
tu ne commettras pas de meurtre
Tu ne te nourriras pas seulement de pain
Tu ne tenteras pas le Seigneur
Tu n’auras pas d’autre Dieu que Dieu, ni l’argent, ni le succès, ni l’estime… »

Telle est la stratégie du Fils de l’homme. Il appelle à lui la promesse de Dieu qui ne peut nous tromper. Il suffit pour cela de patienter. Et ne pas perdre patience, qui ressemble fort à la jalouise cf. Tertulien (De la patience, 5, 5-7). N’est-ce pas à la neuvième heure du 1er jour de sa création qu’Adam a péché ? Puissions-nous connaître  intérieurement le Christ en sa patience. Puissions nous l’aimer en sa passion. O, crux ave, spes unica !

Le deuxième moment. Après nous être détourné de la tentation est de voir la lumière divine qui éclaire « tout homme venant en ce monde » (Év. selon saint Jean 1, 9). Car tous portent sur eux l’éclat d’une gloire qui ne leur appartient pas…

(suite dimanche prochain)

P. Jacques OLLIER