29 mai 2011 : 6e dimanche de Pâques A

lectures : Ac 8, 5-8. 14-17 ; Ps 65, 1-7.16.20 ; 1 P 3, 15-18 ; Jn 14, 15-21

Évangile selon Saint Jean

« A l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples :

Si vous m’aimez, vous resterez fidèles à mes commandements.

Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur afin qu’il soit avec vous pour toujours: c’est l’Esprit de vérité. Le monde est incapable de le recevoir, parce qu’il ne le voit pas et ne le connaît pas ; mais vous, vous le connaissez, parce qu’il demeure auprès de vous, et qu’il sera en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je viens vers vous.

Encore un peu, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez, car je vis, et vous vivrez. En ce jour-là, vous connaîtrez que je [suis] en mon Père, que vous [êtes] en moi, et moi en vous. Qui a reçu mes paroles et y reste fidèle, celui-là m’aime ; et qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »

Mysterium fidei ou l’art des jardins

Ce dimanche, des enfants du catéchisme paroissial, de l’école Saint-Geneviève, ainsi qu’une jeune fille de l’aumônerie d’Henri IV et un adulte reçoivent pour la première fois le Christ dans l’Eucharistie. Permettez-moi à cette occasion de filer une métaphore printanière.

Les mystères de notre foi chrétienne, et tout particulièrement celui de l’Eucharistie, empruntent à tous les types de jardins que nous pouvons connaître, du jardin à la française au jardin anglais en passant par le jardin à l’italienne, jardin de curé ou jardin japonais, jardin suspendu ou jardin potager, jardin botanique ou d’acclimatation, jardin d’hiver ou jardin persan … à moins que ce ne soit un jardin d’enfants !

Au jardin à la française, nous emprunterons l’ordonnancement harmonieux qui obéit aux lois précises de la raison et au dynamisme de la foi ; du parc anglais, nous apprécierons la paisible contemplation des espaces qui nous dépassent et qui s’ouvrent avec générosité devant nos yeux émerveillés ; du jardin à l’italienne, nous  goûterons les cascades riantes et les sources rafraichissantes. Le foisonnement du jardin de curé, nous permettra de méditer sur la profondeur inépuisable du mystère qui s’accomplit et que nous n’avons jamais fini de découvrir. Le jardin d’hiver soulignera le caractère si précieux de ce sacrement sujet de notre vénération et de notre adoration. Au jardin d’enfants, nous apprenons à grandir. Face au mystère de l’Eucharistie nous sommes toujours des enfants appelés à la croissance dans l’ordre de la connaissance et de l’amour.

Autant de jardins qui nécessitent les soins quotidiens du jardinier pour qu’ils portent de bons fruits de paix et de grâce.

Père Stanislas LEMERLE