Merci !

Chers paroissiens et amis de Saint-Étienne-du-Mont, en ce jour de rentrée paroissiale, je veux vous exprimer premièrement ma reconnaissance. Pour ce que vous apportez à notre paroisse, par votre présence, votre prière, votre dévouement. Quel que soit votre type de présence, discrète, secrète, agissante, je vous remercie. Dans le « mécanisme » complexe d’une communauté, tous les éléments, petits et grands, participent à son action et lui sont indispensables.

J’évoquerai premièrement ceux qui d’entre vous veulent rester dans le secret. Pour des raisons le plus souvent légitimes. Ils pourraient être considérés ou se considérer comme un poids. Qu’ils se rassurent en écoutant ce que sainte Bernadette disait à l’une de ses sœurs au couvent de Nevers. Bernadette était tuberculeuse. Sa consœur s’étonnait de ce que sa maladie lui interdisait tout travail, et qu’elle devenait un poids pour la communauté. Bernadette lui répliqua selon le bon sens qui la caractérisait : «Ma sœur, l’Église est comme une horloge ; il y a de belles aiguilles finement ciselées et dorées qui indiquent l’heure. Mais une horloge ne fonctionne pas sans poids, et moi, je dois être un de ces poids. » Malade, occupé par des tâches professionnelles, familiales, préoccupé par une situation difficile, retenu par l’âge, le handicap, vous participez pourtant au grand élan de l’Église qui s’offre à Dieu au cours de la messe, chante son oeuvre et sa grandeur, le bénit et le loue. Dans l’échange mystique et invisible des mérites, le poids des uns fait parfois l’allégresse des autres.

Certains d’entre vous, sans être secrets, veulent être discrets. Je les comprends. Là encore, des raisons fort légitimes peuvent les conduire à choisir ce mode de participation. Le temps faisant son oeuvre, je rencontre de plus en plus de ces discrets et me rends compte de ce qu’ils portent en eux de trésors celés, parfois aussi de douleurs et de doutes. Je les encourage à continuer courageusement leur chemin de foi.
Il y a ceux que j’appelle les visibles. Ceux qui se présentent ou sont présentés. Je les connais un peu et eux me connaissent. Je sais ce qu’ils font, dans leur travail, leur famille, leurs associations, par amour de Dieu et des hommes.

Et puis il y a les agissants. Ils sont assez nombreux dans notre paroisse et se répartissent en activités très diverses. Il y a, pourrait-on dire, la même répartition parmi les agissants que dans l’ensemble de la communauté. Les agissants secrets, ceux qui ne veulent pas apparaître, mais travaillent pour la paroisse. Repassage des nappes d’autel, confection de la feuille de chants, archives historiques, etc. Il y a les discrets, qui s’occupent des fleurs, les adorateurs, les rosairiens (ceux qui disent le rosaire le dimanche à 17 h ou le chapelet à 12 h 45), les priants d’Abba, les responsables du Denier de l’Église, du comptage des quêtes, des registres paroissiaux. Il y a les visibles, à l’accueil du cloître, les gardiens du sanctuaire… et puis les agissants actifs : les catéchistes, ceux qui préparent les futurs époux au mariage, ceux qui accompagnent les parents des enfants à baptiser, les guides des catéchumènes, les jeunes et anciens de la Société Saint-Vincent-de-Paul, l’éveil à la foi, le chant, les chefs scouts, le patro, les Journées d’Amitié… Je ne saurais être complet. Ceux qui ne sont pas mentionnés ici voudront bien ne pas m’en vouloir. Ils savent ma gratitude et celle de leurs obligés.
Il y a enfin une catégorie très spéciale. Non pas un corps d’élite mais un conseil. Un conseil pastoral qui a pour but de porter avec les prêtres de la paroisse la charge pastorale de l’ensemble de la paroisse. Ils ont décidé cette année de se réunir plus souvent, d’être davantage visibles et de visiter tour à tour les activités de la paroisse. Ils se présenteront à vous à l’issue de la messe dominicale de 11 heures. Je vous encourage à aller les saluer et à les interroger sur la paroisse et sur la charge qu’ils ont reçue.

Que Dieu vous bénisse tous et vous garde dans les trésors de sa miséricorde, au pied de sa croix !

Père Jacques OLLIER