L’amour de Dieu dans les bras

La consécration rituelle, prescrite par la Loi, déclenche le mouvement qui part de Bethléem au Temple avec Marie, portant l’enfant et, près d’elle, Joseph qui l’accompagne.
L’enfant de quelques jours dans les bras de Marie c’est Jésus, don de Dieu, l’amour de Dieu consacré par l’action et la présence de l’Esprit Saint. C’est bien là que se trouve l’identité de Jésus. Il est l’Emmanuel.

Au Temple où ils sont arrivés venait un homme droit qui attendait la réalisation de la Promesse de Dieu… C’est l’Esprit-Saint qui guide Syméon. Or ce n’était pas à lui d’accomplir le geste rituel. Car l’enfant devait être offert et consacré par un prêtre. Syméon n’est qu’un passant. Mais il est guidé par l’Esprit de Dieu. Avec amour et reconnaissance, il prend l’enfant dans ses bras. Et il est inspiré. Une lumière prophétique lui vient par-delà de ce qu’il ne voit pas.

Dans ce monde où tant de gens nous croisent et nous côtoient, dans nos familles, nos amis, nos voisins, nous avons à rendre présent Jésus. Non par des discours ou des sermons – Marie reste la grande silencieuse – Nous avons à le mettre dans les bras de tout homme comme la Vierge a présenté Jésus, à ce passant, dans le temple.
L’amour que Dieu leur porte est dans leurs bras et en eux. Mais le savent-ils ? « Je te cherchais dehors et tu étais dedans » disait saint Augustin. Mettons-le dans les bras de nos contemporains. C’est la grâce de Dieu qui leur donnera la lumière, pour qu’ils découvrent sa présence et son action.

Les souffrances, les contradictions n’arrêtent pas la Vierge quand elle offre le tout de sa vie. Il en sera ainsi jusqu’au Calvaire. Elle partage ce qui est sa vocation, l’offrande de sa vie au monde.

Nous aussi, à chaque moment de notre existence, nous avons à mieux connaître cette continuité de l’amour de Dieu pour nous, par-delà les rituels et les obstacles.

Père Anatole DÉDÉGBÉ