Scoutisme

Ce dimanche, le Groupe des Scouts et Guides de France de notre paroisse effectue sa rentrée. Avec près de 70 jeunes répartis en 4 maîtrises, notre Groupe connaît cette année une progression modérée et bien contrôlée et peut prétendre offrir un accueil de qualité à ces jeunes, avec le concours de 11 chefs et 13 parents.

Ce dimanche est celui où l’Église célèbre la fête de la Croix glorieuse de Notre Seigneur Jésus Christ. Il n’est que coïncidence que notre rentrée scoute tombe en cette fête de la Croix Glorieuse. Mais, providentiellement, cette coïncidence peut nous amener à penser à l’insigne de la croix qui figure sur le logo officiel de notre mouvement, imprimé sur la te-nue que portent les Scouts et Guides de France. C’est le Père Jacques Sevin, fondateur du scoutisme catholique, qui introduisit cette croix dans le scoutisme, déjà en 1917.

Il n’y a pas beaucoup de doute que la croix est une des marques ou connotations les plus chrétiennes et les plus évangéliques que le Père Sevin ait voulu donner visiblement au scoutisme. Dans ce signe « christique » qu’il porte sur eux, il est proposé aux scouts de se porter à la découverte de Jésus Christ, Jésus Christ élevé sur la croix comme leur chef et leur frère. Chaque scout est invité à chercher en Jésus Christ le chemin de sa propre élévation dans sa relation à soi, au corps, au monde, aux autres, aux sentiments, à la foi. Le scoutisme catholique est donc marqué de la Croix de Jésus comme un lieu d’élévation humaine et chrétienne. Beaucoup d’entre nous restent marqués par l’image d’une croix exclusivement « douloureuse ». Mais la Croix du Christ est nécessairement glorieuse, car elle est illuminée par la résurrection. Sans nier son aspect de passion qui invite les jeunes à l’effort, la croix de la résurrection exprime avant tout le don de soi de Jésus et sa liberté d’obéissance au Père. Elle manifeste l’amour infini de Dieu pour le monde qui passe par le service accompli par Jésus.

Redécouvrir les intuitions chrétiennes du Père Sevin sur le scoutisme est une tâche qui ne peut qu’élever le scoutisme. Le Pape Jean-Paul II l’affirmait en ces termes en 1998, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de la Conférence Internationale Catholique du scoutisme : « La rencontre entre la méthode scoute et les intuitions du Père SEVIN a permis d’élaborer une pédagogie basée sur les valeurs évangéliques, où chaque jeune est conduit à s’épanouir et à développer sa personnalité, en faisant fructifier les talents qu’il porte en lui. La loi scoute, entraînant les jeunes dans la voie des ver-tus, les invite à la rectitude morale et à l’esprit d’ascèse, et les oriente ainsi vers Dieu et les appelle à servir leurs frères s’attachant à faire le bien, ils deviennent des hommes et des femmes capables de prendre des responsabilités dans l’Église et dans la société. Au sein d’une patrouille, dans les camps et dans d’autres circonstances, les scouts découvrent le Seigneur à travers les merveilles de la création, qu’ils sont appelés à respecter. Ils font aussi une expérience précieuse de la vie ecclésiale, rencontrant le Christ dans la prière personnelle, à laquelle ils peuvent se familiariser, et dans la célébration eucharistique. De plus, l’unité scoute offre aux jeunes l’occasion de faire l’apprentissage de la vie en société, dans le respect de chacun »

Père Justin Zitisa