Bien sais-je la Lumière, mais c’est de nuit !

Avez vous remarqué que les principales fêtes chrétiennes se tiennent la nuit ? Nuit de Pâques, qui vit se briser le tombeau. Nuit de Noël qui vit s’ouvrir les temps nouveaux. Il vient. Mais c’est de nuit. Le remarque-t-on assez ?

Nuit de nos doutes et de nos angoisses, nuit de nos sens appesantis par l’âge ou la maladie. Nuit de l’esprit et des consciences. Il vient mais dans nos nuits. Serait-Il crédible autrement ? Pourrions-nous Lui accorder foi, s’Il ne venait là où nous sommes parfois 100 jours, parfois 100 ans ?

Il vient dans la nuit. Mais la nuit ne L’a pas arrêté. « La Lumière brille dans les ténèbres » clame saint Jean, l’Aigle des évangélistes, « et les ténèbres ne l’ont pas éteinte » (Évangile du Jour de Noël selon saint Jean 1,5)

« Lumière de Lumière » (Symbole de Nicée-Constantinople) Il nimbe toutes choses, fût-ce la plus sombre, la plus obscure, la plus fuligineuse. Il les nimbe de sa présence.
De sorte qu’en tout temps, aussi dénué soit-il d’espoir et de consolation, aussi privé d’espérance qu’il puisse paraître, il ne nous est pas cause de désespoir. Car, nous le savons, auprès de nous dans la nuit, comme au minuit de la crèche, Il est là, l’Espoir de la terre, l’Enfant que je fus jadis et dans le-quel je me reconnais, Éternelle-Jeunesse d’un monde nouveau. Car en vérité, Dieu n’est pas loin de chaque humain. En ce jour il le montre d’une manière qui lui est bien propre. Il se fait ce qu’Il fit, pour que nous fassions avec Lui ce qu’Il est en Nous. Telle est la lumière de nos vies.

Il est vrai que certains marchent plein de désespoir et de crainte : « Non, pour nous plus d’avenir », « la mort est là, tapie à notre porte. » « Mangeons, buvons, festoyons car demain nous ne serons plus ». Que Dieu nous préserve de l’abattement ! Que sa Lumière brille sur nous en cet enfant qui nous est né ! Il est à nous. Il est nôtre : un enfant nous est né, un fils nous est donné. Un espoir ; une lumière !

Ouvrons nos yeux à la Lumière.

A tous, joyeux et saint Noël !

Père Jacques Ollier et tous les prêtres de la paroisse.