Scrute-moi, Seigneur

Durant trois dimanches successifs, l’Église, dans sa liturgie, propose aux futurs baptisés de Pâques de faire leur cette prière du psalmiste : « scrute-moi, Seigneur, toi qui me connais » (Psaume 139). Aujourd’hui, ils sont appelés à un scrutin. On parle de «scrutins » lorsque l’on évoque le regard de Dieu sur la vie de l’homme, un regard d’amour, de lumière et de vie, qui rejoint jusqu’aux profondeurs de l’existence. Nos deux catéchumènes, et ceux des autres paroisses, sont appelés à se laisser pénétrer et transformer par ce regard, qui fait passer des ténèbres à la lumière, de la peur à la confiance et à la vie.

La discipline actuelle du baptême des adultes a maintenu trois scrutins fixés normalement au 3è, 4è et 5è dimanches du carême ; célébrés à la messe dominicale, après l’homélie : ils comportent une prière silencieuse, une prière commune pour les catéchumènes et un exorcisme.

La célébration des scrutins invite les catéchumènes à chercher au plus pro-fond d’eux-mêmes le bien et le beau pour l’affermir, mais aussi ce qu’il y a de faible ou de malade pour le guérir. Ces trois scrutins s’appuient sur des textes de l’Évangile qui nous présentent clairement les guérisons que le Christ nous appelle à trouver en Lui :

  1. La Samaritaine : Jésus est l’eau vive qui étanche notre soif.
  2. L’aveugle-né : Jésus, Lumière, guérit notre cécité et guide notre chemin.
  3. Le retour à la vie de Lazare : Jésus est la vie en plénitude.

Après l’appel décisif et nominal dont elles ont fait l’objet la semaine dernière, Ayako Monique et Dolly, les deux catéchumènes de notre paroisse vont vivre cette démarche de foi dans notre église. Toute la communauté prie, en leur faveur, pour demander la lumière de la foi, afin que l’amour du Christ les rende fortes sur le chemin que Dieu trace devant elles.

Une démarche spirituelle comparable est proposée à tous les baptisés pendant le Carême.

Nous sommes tous invités, pendant cette montée vers Pâques, à nous laisser scruter par le Seigneur, et faire le point avec nous-même, dans le mystère Pascal où le Christ « ressuscite » chacun avec lui pour une vie nouvelle.

Père Anatole Dédégbé