«Être le dernier et le serviteur de tous»

A ses disciples qui se querellent sur des questions de grandeur et de préséance entre eux, Jésus propose ce curieux idéal du « dernier et serviteur de tous » comme modèle de la primauté chrétienne. Cet idéal ne serait pour les disciples qu’une utopie rebutante, si Jésus lui-même ne leur en montrait pas l’exemple, en acceptant de se faire le dernier des hommes sur le bois de la croix pour leur donner la vie de Dieu.

Il faut bien reconnaître que cette vision de Jésus est à l’antipode de notre conception habituelle de la hiérarchie où « le premier » ou « le plus grand » est toujours au-dessus de tous, servi et adulé par tous.

Nous n’ignorons pas combien notre société est modulée par cette logique hiérarchique. Et, pour sûr, même notre recherche de l’excellence et de la perfection, qu’elle soit scolaire, étudiante ou professionnelle n’y échappe pas totalement. Si une telle quête s’inscrit bien souvent dans une loyale émulation, elle dégénère quelquefois en rivalités nocives où les concurrents sont perçus comme des bêtes à abattre.

L’idéal proposé par Jésus ne vient pas seulement nous prévenir des dangers et des dérapages de notre conception humaine de la grandeur marquée par la course aux pouvoirs et la recherche des honneurs. Nous devrions surtout comprendre comment, dans cette proposition, Jésus réinvente le contenu de la grandeur et de la primauté en les faisant consister dans « le service de tous ». Or de ces « tous à servir » pour prétendre être le plus grand, Jésus mentionne spécialement les enfants, symbole des personnes humbles, pauvres, fragiles, démunies qui pullulent dans notre monde sous des traits variés. Nous sommes ici invités à descendre du piédestal de nos honneurs, de nos titres de noblesse, de nos dignités pour leur ouvrir largement les portes de notre coeur et celles de notre Église, en les accueillant comme des témoins-mêmes de Jésus qui se fait semblable à eux.

Les Scouts et Guides de France de notre paroisse, qui effectuent ce dimanche leur rentrée, peuvent trouver dans cet idéal chrétien de la grandeur, un appel à approfondir le sens du service des autres et de l’ouverture aux autres, qui sont les piliers de la pédagogie de maturation humaine qui leur est proposée dans ce mouvement.

Père Justin Zitisa