L’Esprit Saint dans la vie des chrétiens

Nous préparons la confirmation d’une vingtaine d’enfants et de six adultes. Ils recevront ce sacrement le 12 juin. Sacrement du don. Sacrement de l’Esprit, la confirmation permet à ceux et celles qui sont consacrés par l’Esprit Saint, de parvenir à la plénitude de la vie chrétienne. C’est pourquoi, normalement, il faut être confirmé pour être parrain et marraine de baptême, pour pouvoir se marier ou devenir prêtre, religieux, religieuse, ou encore recevoir le sacrement des malades, que l’on appelait jadis, l’extrême-onction.

Mais pourquoi ce sacrement revêt-il une telle importance ? Il y a au moins deux raisons. La première est que l’Esprit Saint, c’est-à-dire Dieu même, n’est pas connu comme un concept mais à travers une expérience. L’Esprit de Dieu, on en fait l’expérience, et par là on le connaît. Autrement il échappe à la capacité intellectuelle de saisie des réalités intelligibles. L’Esprit Saint est Puissance de Dieu, dynamisme, ce que dit bien le mot grec de Pneuma, c’est-à-dire souffle, haleine de vie, respiration. C’est le Souffle de Dieu qui donne vie au monde, comme on le voit dès les premières lignes du premier livre de la Bible : « le Souffle de Dieu s’exhalait au-dessus des eaux » et rendait celles-ci aptes à produire tout le créé. Il en va de même au jour du baptême de Jésus, nouvelle création. Sur les eaux du baptême plane le Souffle de Dieu créateur. Rien de ce qui est créé ne l’est sans Lui. Rien de ce que nous entreprenons comme chrétien ne peut avoir de forme sans que l’Esprit ne lui transmette son pouvoir de vie. Aussi, invoquons-le, et disons :

« Viens Esprit Saint Créateur,
visite l’âme de tes fidèles,
et remplis de la grâce céleste
les coeurs que tu as créés »
(Veni Creator, hymne du IXe siècle)

La seconde raison est tout aussi importante. J’aurai l’occasion d’y revenir au cours du mois de mai. L’Esprit créateur nous permet de ne pas craindre de nous projeter dans l’avenir. Il est puissance de vie, puissance de transformation et d’innovation. Tout au long de son histoire le christianisme a été émaillé de mille et une nouveautés, dans tous les domaines intellectuels, sociaux, économiques, politiques, caritatifs. Nous ne devons pas céder aux sirènes du passé par absence d’avenir. Entrons résolument dans la nouveauté de l’Esprit et marchons plein d’espoir, résolument prêt à créer les conditions d’un humanisme intégral, où l’homme soit respecté dans son mystère, et non réduit à un objet consommable. Il me semble que cette haute vision de l’homme en son mystère divin devrait avant tout être l’objet de tous nos soins dans l’éducation des enfants et petits-enfants. Qu’ils puissent avoir accès à la transcendance de Dieu, avenir de tout homme.

Père Jacques Ollier