Ensemble, sel et lumière

Quand Jésus se met à enseigner ses disciples, il utilise des images simples, valorisantes mais aussi quelque peu vertigineuses : « vous êtes le sel de la terre … vous êtes la lumière du monde ». Certes, il est bon d’accueillir cette parole pour soi, individuellement, mais Jésus s’adressait à la petite communauté qui s’était constituée autour de lui. Ne sommes-nous pas souvent assis, nous aussi, dans le même espace de la maison de Dieu qui nous rassemble pour écouter l’évangile, comme les disciples
sur la montagne ? C’est Jésus qui nous y rassemble pour envoyer, pour donner du goût au monde et nous faire rayonner de sa lumière.

Par allusion au sel, Jésus sollicite chez ses disciples le sens du goût. Le sel en effet, relève le goût de chaque légume et son effet est immédiat. Jésus emploie aussi l’image de la lumière qui va partout, permet de vivre, de se déplacer, de lire, de prier… et se fait souvent oublier dans cette vie qui se déroule tranquillement grâce à elle.

L’affirmation de Jésus est sans détour : elle relève avec certitude que nous sommes sel et lumière pour le monde, hic et nunc (ici et maintenant). Elle n’annonce pas l’avenir mais une réalité présente avec ses conséquences pour le monde. Par conséquent, le sel sans goût ou la lumière cachée sont des non-sens. Le sel comme la lumière doivent produire leurs effets respectifs. Il en est de même pour les disciples : refuser d’être sel et lumière du monde est possible, mais absurde. Le disciple n’est pas qu’un simple suiveur, il est aussi un diffuseur de la bonne odeur du Christ et doit laisser autour de lui le bon goût de l’amour de Dieu. A nous de vivre selon ce que nous sommes ou de le devenir réellement.

P. Anatole DEDEGBE