Naissance de Saint Jean-Baptiste, naissance d’une mission !

Jean-Baptiste est le seul parmi les Saints dont la nativité est fêtée solennellement comme celle de Jésus et de Marie. Il est le point de croisement entre la première et la deuxième alliance.
C’est lui qui a tressailli d’allégresse dans le sein de sa mère à la visitation de Marie et Joseph au couple Elisabeth et Zacharie ; Zacharie dont le nom signifie « Dieu se souvient !». Il a désigné et montré Jésus à ses disciples : « Voici l’agneau de Dieu qui enlève le péché du monde », que nous accueillons et contemplons, nous aussi, à chacune de nos Eucharisties. Ce que vont revivre, d’une façon toute particulière, tous ces jeunes prêtres et diacres ordonnés ces jours-ci pour le compte de notre église locale.

Jean-Baptiste est aussi celui qui invitait les foules : à préparer les chemins du Seigneur ; à lui laisser toute la place qui convient : « Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. » En ce moment où nous faisons le bilan d’une année écoulée juste avant les vacances, nous pouvons nous demander : où en sommes-nous dans notre réponse à l’appel reçu à suivre, dans la joie et la confiance, l’agneau de Dieu qui enlève le péché du monde? Comment avons-nous essayé de rendre compte et de transmettre l’espérance qui nous habite ? Comment nous sommes-nous adaptés aux di-
vers événements, sans nostalgie d’un passé révolu ?

Comment nous sommes-nous mobilisés pour préparer les chemins du Seigneur ? Vastes chantiers auxquels les prêtres que Dieu nous envoie, s’évertuent à nous mobiliser ?

C’est ce que j’ai essayé, moi aussi, d’accomplir pendant les quelques huit années de présence chez vous sur cette paroisse. Au moment de changer de rive pour poursuivre la mission, je déroule mes souvenirs et ils sont tous, pour une grande part, des actions de grâces. Je dis donc merci à Dieu, aux prêtres qui m’ont parfaitement intégré dans leur équipe et à vous tous, paroissiens de Saint-Étienne-du-Mont et, aussi, je me confie à la bienveillante miséricorde de Dieu et de chacun de vous.
Jean-Baptiste, homme du désert peut nous aider à prendre du recul pour percevoir l’essentiel de notre vocation et aussi, dans un esprit chaque fois renouvelé, de notre mission. Le Seigneur compte sur nous. Vivons davantage son appel dans cette confiance exprimée par le psalmiste : « C’est toi, Seigneur, qui as créé mes reins, tu m’as tissé dans le sein de ma mère. Je reconnais devant toi le prodige, l’être étonnant que je suis. » (Ps 138, 13-14).

P. Anatole DEDEGBE