Nomination du Père Dédégbé

Mgr Aupetit, archevêque de Paris, a nommé le Père Anatole Dédégbé vicaire à la paroisse Saint-Éloi, dans le XIIème arrondissement. Il demeure juge à l’officialité. Le nom de son successeur vous sera communiqué prochainement.

Nous entourerons le P. Anatole, dimanche 24 juin, à la messe de 11h pour le remercier chaleureusement de son ministère à Saint-Étienne-du-Mont durant les 8 dernières années. A l’issue de la messe, nous lui témoignerons notre reconnaissance par un souvenir et nous l’entourerons à la chapelle des catéchismes. Ceux qui souhaitent participer au souvenir peuvent contacter le se-crétariat.

Messe d’Au revoir du Père Ollier

Le Père Ollier célébrera une messe d’Au-revoir, dimanche 17 juin, à 11h00. A l’issue de la messe, une réception simple réunira les paroissiens dans la chapelle des Catéchismes.
Le P. Ollier a été nommé curé de la paroisse Saint-Pierre-de-Chaillot (Paris) à compter du 1er septembre. Il demeure enseignant à la faculté de théologie Notre-Dame du Collège des Bernardins.
Le nom de son successeur est Denis Metzinger, actuel curé de Saint-Charles-de-Moncea.

Les rendez-vous des prochains jours

  • 3e dîner de fraternité le 01 juin 2018, à 19:30
  • Présentation de la restauration des vitraux du cloître le 14 juin 2018, à 17:00
    Par Jessica Degain,conservatrice du patrimoine. Dans la galerie du cloître de Saint-Étienne-du-Mont Les vitraux ont été restaurés en 2017 par la Manufacture Vincent-Petit (Troyes). L’arche de Noé : Cette verrière typologique présente une richesse décorative et un souci du détail impressionnant qui témoigne de la virtuosité de l’art de la peinture sur verre à Paris au XVIIe siècle. Entrée libre
  • Conférence sur le TRANSHUMANISME le 25 juin 2018, à 20:30
    53 rue de la Montagne Sainte Geneviève Demian BATTAGLIA, chercheur à l’Institut de Neurosciences des systèmes (INSERM Aix-Marseille) nous présentera la manière dont certains scientifiques envisagent l’augmentation du cerveau humain, la fusion entre intelligence humaine et intelligence artificielle et ce qu’on appelle l’ “upload” de l’esprit humain dans un système informatique ou robotique. Il passera au crible certaines déclarations du transhumanisme en identifiant des “impossibilités” scientifiques, mais aussi des prédictions qui pourraient se réaliser dans un avenir proche. Cette discussion critique permettra d’identifier les faux arguments utilisés par les prosélytes du transhumanisme, mais aussi de comprendre comment les avancées technologiques majeures en cours pourraient changer notre monde de manière profonde, en posant des nouveaux défis éthiques et théologiques (comment continuer à parler de Dieu et de sa nécessité dans un monde d’“hommes-dieux"?). Il évoquera aussi les bonnes utilisations de la simulation du cerveau et des interfaces cerveau-machine, notamment dans les domaines de la "neurochirurgie augmentée” et des prothèses, au service des hommes “diminués” par la pathologie.

La vie de la paroisse

Annonces de la semaine du 17 juin

Ordinations sacerdotales à Notre-Dame -de-Paris, samedi 30 juin, 9h30 Seront ordonnés prêtres : Alexis balmont (Missions etrangères de paris), Pierre-Henri debray , Henri beaussant, Philippe cazala, Julien guérin, Jean-Basile gras, Ramzi saadé KERMESSE DE L’ÉCOLE SAINTE GENEVIÈVE. Samedi 23 et … Lire la suite

Dîner fraternel du vendredi 1er Juin

Le conseil pastoral vous rappelle le dîner fraternel du 1er juin prochain. N’hésitez pas à vous inscrire, comme invité ou invitant, soit directement au secrétariat, soit par mail à paroisse@saintetiennedumont.fr, soit par courrier au 30 rue Descartes 75005 PARIS. Pour … Lire la suite

L'éditorial de la semaine

Dieu en sa proximité

À quoi reconnaissons-nous la proximité de Dieu ? C’est la traduction moderne que nous pourrions donner à la question de Jésus : à quoi peut-on comparer le règne de Dieu ? Le règne de Dieu, périphrase habituelle dans la bouche des évangélistes pour signifier la présence de Dieu, et sa proximité  avec l’humanité.

A quoi donc comparer cette douce présence ?

A une terre. Ensemencée. A peine travaillée. Qui donne du fruit, que l’homme soit éveillé ou qu’il dorme. Puis vient le temps de la moisson. Alors il faut porter la faucille.

Que tirer de cette comparaison en forme d’énigme ?

En nous tournant vers un principe chrétien fondamental, bien souvent oublié et contre lequel s’est dressé au cours des temps une foultitude d’opposants. C’est le principe de la priorité de Dieu.

Remarquez dans la parabole, que le semeur travaille bien peu. L’insistance est mise par l’évangéliste sur le fait que la terre produise automatiquement (aὐτομάτη écrit l’évangéliste). Cette terre, pour nous, c’est Dieu même. Qui  travaille pour nous, avant même que nous ayons entrepris quoi que soit.

Dans l’histoire de l’église, l’opposition à cette doctrine traditionnelle de la grâce a pris un nom : le pélagianisme. Cette doctrine, professée au IVe siècle  par Pélage et ses partisans, accentue au détriment de la grâce divine la puissance du libre arbitre de l’homme, le pélagianisme est la première en date des  hérésies de l’Occident chrétien ; il prône une certaine autonomie de la personne humaine jugée indispensable à son épanouissement, et une conception  contractuelle de la relation à Dieu qui préserve apparemment, la liberté de l’homme. Ce qui n’est pas le sens de la vérité chrétienne telle qu’elle se présente dans l’ensemble du Nouveau Testament et la doctrine séculaire de l’Église.

Dieu est premier. Avant même que nous engagions notre liberté, Dieu, comme notre créateur, en est la garantie. Il est en effet notre aujourd’hui.

C’est de Lui que nous tirons la croissance et l’être. Admettre cela, admettre dans nos vies l’antériorité de Dieu en toutes choses, sa bonté pour nous, c’est être vraiment chrétien, sans crainte de Dieu qui nous aime et ne déçoit pas.

Disons donc avec saint Augustin : « donne ce que tu commandes, Seigneur, donne ta grâce, et commande ce que tu veux » P. Ollier

Lien permanent vers cet éditorial