Les vitraux

english version

Saint-Etienne possède un des ensembles les plus complets des églises parisiennes. Celui-ci couvre en continu la période du début du XVIème siècle au premier quart du XVIIème siècle, moment où l’art du vitrail plonge dans une longue éclipse qui se prolongera jusqu’au XXème siècle. Fait exceptionnel, la plupart des vitraux sont à leur place d’origine. Les meilleurs artistes du moment y ont collaboré.

Les vitraux du déambulatoire

Les vitraux du déambulatoire sont datés de la construction même de cette partie de l’édifice et témoignent de la volonté de l’orner immédiatement. Parmi eux : le vitrail du Très-Saint-Nom-de-Jésus.

La galerie dite “du cloître du charnier”

(Le charnier d’où la galerie tire son nom est un ancien petit cimetière)

Les vitraux de la galerie du «cloître du charnier» ont été réalisés au début du XVIIème siècle ; il en reste la moitié en place sur les 24 d’origine. Ce sont des peintures sur verre avec des émaux recuits au four, à la différence des autres vitraux de l’église où le verre est coloré dans la masse.

Un thème commun les unit : l’Eucharistie, présence réelle du Christ ressuscité dans l’hostie consacrée, et ses préfigurations dans l’Ancien Testament. Parmi ceux-ci : le vitrail du “Pressoir mystique” illustre la parole du Christ lors du dernier repas de la Cène, reprise à chaque messe, lorsqu’il fit passer la coupe de vin en disant «ceci est mon sang».

Continuer la visite : les personnages illustres

Continuer la visite : les personnages illustres